Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'andalouse

Publié le par Sylvie Méheut

 

Dès le premier frisson qui carmine l’aurore

Alors que dans le ciel quelque nuage mousse

Je vois parfois surgir d’une ravine rousse

Le regard assombri del Cid Campeador

 

Captive, je descends cueillir dans la vallée

Le jasmin qui déjà entête les feuillages 

Si je tendais le bras j’effleurerais Carthage

O Grenade je meurs sous le dard de l'été

 

Quel ardent balsamier embaumera ma source

Quel amant pleurera au pied de l’amandier 

Où vont les gynécées de la chaste cité

Quand s'enfuient du sérail les grives andalouses ?

 

L’alfange du soleil poinçonne l’horizon

La terre s’incline alors gominant les alpages

Soudain du fond des âges résonne l’olifant

L’algazelle s'en va loin des coursiers sauvages

 

Dès le premier frisson qui tisonne le soir

Tandis que dans le ciel quelque mirage passe

Je vois se profiler un étrange rapace 

Attisant le néant de son vif étendard 

 

 

Sylvie Méheut

 

Partager cet article
Repost0

Au pays de ses sources

Publié le par Sylvie Méheut

© Christophe Charbonnel 

 

 

J’aimerais refleurir au pays de ses sources

Et n’être plus que mousse entre ses doigts de lierre

À son flanc de nigelle épingler mes bruyères

Veiller sur son sommeil comme une abeille douce

 

Voyeur ensorcelé par le parfum des mers

Voyageur intrépide emportant dans sa course 

Les farfadets de feu escortant la Grande Ourse

Et le corset d’onyx d’une abeille légère

 

Est-ce Venise au loin - Est-ce Constantinople 

Qui déjà se profilent sous le loup de l’été

Quand argentiquement le soir sur la jetée

 

Soulève nonchalant l'étole de Canope 

Et qu’une nef blonde la grand-voile dressée 

Glisse sur l’horizon comme une abeille morte

 

 

Sylvie Méheut

 

Partager cet article
Repost0