Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Ria

Publié le par Sylvie Méheut

La Ria souriait et scandait nos seize ans

Seize ans ! L’éternité glissait entre les trembles

Et nous nous ne redoutions ni le Temps ni le Tendre

Quand l’aiguillon de mai fanfaronnait au vent

 

Et nous allions ainsi frayant le soir naissant

Toi et moi réunis au sein de la mesure

Toi plus échevelé qu’une grappe d’azur

Moi plus frivole encor que l’axe du printemps

 

Des cabochons de feu émaciaient les nuages

La Ria s’exaltait entraînant vers la mer

Le fuselage d’or des frondaisons sauvages

 

Et nous la regardions déployer ses mirages

Quand sur nos cœurs nubiles se posa l’éphémère 

La feuillée s’écarta sépulcrale et volage

 

Seize ans ! L’éternité émaciait les nuages

 

 

 

Sylvie Méheut

 

 

Partager cet article
Repost0

Les oliviers

Publié le par Sylvie Méheut

Tipasa © Cyril Preiss

Tipasa © Cyril Preiss

Où sont les oliviers
Et les oranges amères
Ces fruits à peine écrits
Dans nos ivresses bleues

Où sont nos rêves roux
Et ces voix éphémères
Qu’un blanc soleil salin
Exilait en tes yeux

Où sont ces heures vives
Dérobées au silence
Où sont nos cœurs émus
D’avoir tenu le jour

Où sont nos villes folles
Nos déserts en partance
L’été et son scalpel
La mer
Le vent
L’amour

Où sont les oliviers
Et les oranges amères
Où sont les oliviers
Les oliviers frondeurs

Où sont les oliviers
Les oliviers, mon frère

Ils sont là
Secourables
Au cadran de nos coeurs


Sylvie Méheut 

 

Partager cet article
Repost0