Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui règne sur le seuil ?

Publié le par Sylvie Méheut

Toi qui sais le silence et ses modulations

Le chant du rossignol et l’arpège à sa source

La contention des voix buissonnant sous la mousse

Quand nous passons là-bas le gué de Pontorson

 

La lune va sublimant le plastron des nuages

Et la ligne écumeuse auréole le Mont

Le blason des étais poinçonne le rivage

L'étiage n'est qu'un leurre au bras de Saint-Coulomb

 

Qui règne sur le seuil et sur nos indigences

Est-ce la voix des aulnes qui charpente le vent

Où le cri cérusé de l’hiver en partance

 

Où les pas pèlerins qui suavement s’élancent

Laissant dans leur filet les doigts bleus de l'estran

Et les frondaisons d’or du verger de l'enfance

 

 

Sylvie Méheut

 

 

Partager cet article
Repost0

Matin de neige

Publié le par Sylvie Méheut

 

 

Sous son châle d’aventurine

La terre a pâli ce matin

Blanche l’ornière santoline

Blanche la paume du chemin

 

Déjà plus rien ne s’achemine

Tout s’encorbelle et tout ondoie

Le châtelet se parchemine

Sous son étole de sainbois

 

L’enfance est là qui se décline

À l’espagnolette des vents

La Rance émulsifiée s’incline

Sous son masque de chambellan

 

Au loin le hameau s’illumine

À l’orée d’un soleil frondeur

Qui estampille entre les cimes

L’aigrette verte du bonheur

 

Sous son châle d’aventurine

La terre a pâli ce matin

Blanche l’ornière santoline

Blanche la paume du chemin

 

 

Sylvie Méheut

 

 

Publié dans Vagabondages

Partager cet article
Repost0

Le jardin des Hespérides (fantaisie)

Publié le par Sylvie Méheut

Nicolas Poussin

Nicolas Poussin

C’est au jardin des Hespérides

O mirabilis

O ferveur

Que la martingale des heures

Se consumait vaille que vivre

 

Nous étions là plus apatrides

Que les nuages au front des cieux

Faméliques aranéides

Tissant dans le vent capiteux

D'étranges sonnets insipides

 

C’est au jardin des Hespérides

O volubilis

O splendeur

Que l’amour en sa thébaïde

Déflorait d’une aile aramide

Les renoncules de nos cœurs

 

O qu’Atlas en sa mansuétude

Nous délivre de la noirceur

Dans le jardin des Hespérides

O mirabilis

O bonheur

 

O candeur de l'amaryllis

 

 

 

Sylvie Méheut

 

 

 

Partager cet article
Repost0