Dors

Publié le par Sylvie Méheut

 

Dors

De ton sommeil d'argile et de faïence

 

Dors

Plus près de moi encore

Au ras de ton enfance

 

Dors

Sur les lèvres d'avril

Sur le limon des prés

Sur le vermillon fou des vestiges du temps

 

Dors

Au grand soleil de ma maison

 

Dors

La mer au loin roucoule

Et le vent s'émerveille

 

Dors

Que j'entende encore le chant de ta mémoire

Et l'écho flamboyant des heures accomplies

 

Dors

Il n'est plus grand bonheur que de voguer ainsi

Lorsque chante le ciel sous la charpente éprise

Et que la mer au loin fanfaronne si grise

En remorquant nos pas

 

Dors

Puisque je veille

Et qu'il n'est de sentence

Au chevet de l'émoi

 

Dors au seuil de ma joie

 

 

Sylvie Méheut

Extrait du recueil Le cercle de l'aurore, Monde en poésie éditions.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article