Sous un ciel bleu de méthylène

Publié le par Sylvie Méheut

© Eric Rechsteiner

 

 

Les plages brunes de la Caspienne gardent l’empreinte de tes pas

Sous un ciel bleu de méthylène

Ton ombre passe 

Ton ombre va

 

Guerrière d’opaline remorquant ses gisants

Je suis venue si tard au creux tes paupières

Sous les cymbales ocrées d’un soleil rugissant

Te retrouver enfin et boire à ta lumière

 

Et toi dans l’éphémère

Oui Toi !

Las de tes vieilles guerres

Plus solaire que le feu qui consume mon corps

Toi plus prompt que l’éclair

Plus avide que l’air

Terriblement vivant au royaume des morts

 

Tes visions me transpercent 

Le sceau de ton sourire s’appose sur mes lèvres

Et les mots qui me viennent s’érigent arborescents

Loin de mes vielles souches

Mes souches ordinaires 

Dont se moquent déjà les ormeaux turgescents 

 

Tu es venu si tard au creux de mes paupières

Il n’y a plus déjà ni distance ni bruit

Tu t’approches à pas lents

 

Que ton ombre est frugale !

 

Vois ces feux de Bengale qui jaillissent des criques

Comme autant de festons entraînant vers le ciel 

Les plages de Crimée 

Mes souches ordinaires

 

Et la timbale d’or d’un soleil prophétique

 

 

Sylvie Méheut

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Océanique 13/03/2019 14:00

Je suis sous le charme
Je me suis envolée sur les plages de la mer Caspienne
Sous un ciel bleu méthylène
Pour ce voyage poétique merci Sylvie

Sylvie Méheut 13/03/2019 22:56

Merci précieuse visiteuse...
Je t'embrasse.

Eric Costan 13/03/2019 13:04

Merveilleuse chanson

Sylvie Méheut 13/03/2019 22:55

Merci Eric... (doublement même) :)

Ahmed El Fazazi 25/02/2019 16:07

Tu es une grande poétesse Sylvie . Bravo !

Sylvie Méheut 25/02/2019 20:29

Merci beaucoup Ahmed... Toute mon amitié :)