IN FINE

Publié le par Sylvie Méheut

Soy el Albatros que te espera en el final del mundo

Sara Vial

 

Quand je ne serai plus que l'aube de moi-même
Et que toi mon ardent tu pleureras mes jours
Comme pleure la mer en enlaçant la plaine
De ses bras ensablés où s'enlise l'amour

Quand je ne serai plus que l'écho du silence
Et que toi mon ardent tu chanteras mes jours
Comme chante la mer quand le vent ensemence
Les quatre voies nacrées du voyage au long cours

Quand je ne serai plus que l'idée de moi-même
Et que toi mon ardent tu penseras mes jours
Comme pense la mer aux longs sanglots d'ébène
Lorsque la nuit distraite enfante son retour

Je serai le sais-tu ta douce démesure
Cet indolent frisson que le vent mènera
Au parvis siliceux d'une aurore si pure
Où notre amour enfoui à jamais fleurira

 

Sylvie Méheut

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Océanique 24/01/2019 20:42

Qu'en sera-t-il de ma présence
Dans la mémoire mon errance
Aurai-je encore une existence
Quand je serai évanescence
Au firmament poussière d'étoile
Quand J'aurai hissé la grand voile
Je scruterai au clair de lune
L'ombre poétique sur la dune

Je rentrerai en éternité

Si ma plume ne se compare pas à la tienne Sylvie nos pensées se rejoignent
Et le frisson me submerge
Belle soirée

Sylvie Méheut 05/02/2019 18:00

Oh merci Jacqueline pour ce souffle poétique posé comme un écho... Je n'étais pas venue par ici depuis la nuit des temps :) Je t'embrasse en passant.

Eric Costan 25/12/2018 03:22

C’est moi qui frissonne à cette lecture si émouvante.

Sylvie Méheut 15/01/2019 17:14

Merci Eric...