Impressions du soir

Publié le par Sylvie Méheut

La palette du soir embaume le jardin

Le préau se prélasse et une lune tendre tend son catogan d’or aux forges de Vulcain

Demain s’en reviendra tanguer sur les ardoises

Demain s’en reviendra comme s’en vient demain, corroyant l’Orient et remembrant l’armoise de son stylet d’étain

 

Sur nos fronts de faïence, le silence s’appose et carambolent roses les virgules du temps

Vois cet instant fugace où le voile se tend

Ce souffle sur la plaine comme un affleurement, il semble désigner des hyménées suprêmes où les âmes s’enchaînent inexorablement

 

Que vienne le Léthé lécher nos veines folles et que nous y trempions nos regards bleu turquin

Et qu’un prime soleil lisse de sa couronne la toge du chemin !

 

Mais sur les cannelures orangées des lucarnes, déjà la nuit s’ébroue, noire de vacuité

Nous rentrons à pas lents sous le préau d’opale, ivres d’éternité

 

 

Sylvie Méheut

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvie Méheut 05/11/2018 18:08

Merci Eric !

eric Costan 04/11/2018 21:39

Oh, Sylvie, quelle harmonie, quelle palette !

Océanique 15/10/2018 10:37

Bonheur de lecture Sylvie
Lorsque les nuages n'encombrent pas le ciel de leur noir chagrin
Lorsqu'en ciel dégagé le soleil venu de l'orient lointain lance ses rayons qui zebrent le firmament.
Lorsque sans complexe il enflamme l'horizon
Alors la lumière envahie mon coeur breton et le jardin en patio resplendit
Merci de tes mots qui m'inspire ces impressions
Belle journée à toi

Sylvie Méheut 19/10/2018 10:51

Le bonheur de te lire, Jacqueline... Je t'embrasse.