Qui règne sur le seuil ?

Publié le par Sylvie Méheut

Toi qui sais le silence et ses modulations

Le chant du rossignol et l’arpège à sa source

La contention des voix buissonnant sous la mousse

Quand nous passons là-bas le gué de Pontorson

 

La lune va sublimant le plastron des nuages

Et la ligne écumeuse auréole le Mont

Le blason des étais poinçonne le rivage

L'étiage n'est qu'un leurre au bras de Saint-Coulomb

 

Qui règne sur le seuil et sur nos indigences

Est-ce la voix des aulnes qui charpente le vent

Où le cri cérusé de l’hiver en partance

 

Où les pas pèlerins qui suavement s’élancent

Laissant dans leur filet les doigts bleus de l'estran

Et les frondaisons d’or du verger de l'enfance

 

 

Sylvie Méheut

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Océanique 21/02/2018 13:04

Et les mots s'incrustent en dentelles devant mon regard charmé et s'envolent en images au creux de mon imagination
Merci Sylvie

Sylvie Méheut 21/02/2018 16:01

Merci Beaucoup... Heureuse que ce petit récit te plaise. Amitié.

Eric Costan 21/02/2018 02:11

Mais, .....
C'est que je viens de découvrir un lecture très sensuelle de ce poème!

Sylvie Méheut 21/02/2018 16:00

Et moi de relire le second quatrain avec un tout autre regard... Tout est en place pour un petit voyage au septième ciel ;) Merci Eric !

Eric Costan 18/02/2018 20:56

Quelle incantation Sylvie.

Sylvie Méheut 21/02/2018 16:01

Merci Eric :)

Yann P 14/02/2018 12:43

Mirobolant

Sylvie Méheut 14/02/2018 20:42

Merci Yann... Amitié