Le baiser du silence

Publié le par Sylvie Méheut

Gustave Le Gray, Le soleil couronné

Gustave Le Gray, Le soleil couronné

Par ma foi

Par tes flots

Par le calame d’or anoblissant les eaux

Par la bouche du vent caressant le sureau

Par la musique nue revenue du Mystère

Par le feston de feu d’où jaillissent les mots

 

Par les voix de naguère exultant dans le soir

Par l’aube qui s’élève et la nuit qui s’égare

Par le roucoulement des gorges éphémères

Par le chant indigent des damnés de la terre

 

Par la chance

Par la joie

Par ce qui fait que tu es là et que je t’aime

Et qu’il nous faut si peu dans ce monde insensé

Pour bercer l’espérance

 

Par ta foi

Par mes flots

Par le calame d’or dessinant sur ta peau

Le baiser du silence

 

 

 

Sylvie Méheut

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article