Vois

Publié le par Sylvie Méheut

 

Vois
Cet amour que nous possédons
Et cet amour qui nous précède
Qu’une chaste et dolente fièvre
Aiguise en son humanité

Vois
Tout se morcelle sous l’absence
Et de l’absence tout renaît
La source ne mendie jamais
C’est le ruisselet qui s’avance

Vois
Sous la coupole du silence
Parader l’amble du désir
Où pour l’ovale d’un soupir
Le matin danse

 Sois
Au-delà de l’appartenance
L’alliage
L’alliance
L’immensité
Et le paraphe de la chance
Dans la marge du verbe aimer


Sylvie Méheut  

Extrait du recueil Le cercle de l'aurore, Monde en poésie éditions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article