Sous la Montparnasse

Publié le par Sylvie Méheut

 

Sous les quinquets bleus de la Montparnasse
Le temps s’écarquille amoureusement
Il n’est de saison puisque tout s’efface
Puisque tout s’efface inlassablement

Tout s’envole au vent sous la Montparnasse
L’express de midi ne chantera plus
L’écuyer s’endort au fond de sa tasse
Une larme d’or sur son pardessus

Une larme d’or au creux de la tasse
Et sur la soucoupe le jet d’un sourire
L’attente est si belle sous la Montparnasse
Vers quinze expresso, Café des Soupirs

Et le temps s’entasse sous la Montparnasse
Les siècles ont passé dessus le tilleul
L’écuyer sourit seul à la terrasse
Au fond de sa tasse un champ de glaïeuls

Un champ de glaïeuls au fond d’une impasse
Et par les quinquets du temps qui n’est plus
On regarde aller les ombres qui valsent
Sous le grand tilleul de la Montparnasse

À quinze expresso, Station Bienvenüe

À Allain Leprest

Sylvie Méheut

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article