Barbares

Publié le par Sylvie Méheut

© Serge Le Vaillant

© Serge Le Vaillant

La mer agenouillée
A gardé nos mémoires
Ô parfum de la vie
Ô ventre de l’été
D’où naissent des musiques
Étonnantes et  barbares
Qui deviennent mirages
À l’approche d’aimer

Les cieux frappés d’azur
Chargent sur la jetée
Mille jetons de feu
Que lèchent les amarres
Et nous allons ainsi
À l’assaut du hasard
Écornant de nos rires
La marge de l’été

Des siècles de bonheur
Frémissent sous nos pas
Le passé rebondit
Du ventre de la mer
Vois comme tout se bouscule
À l’ombre de nos pères
Ici nous sommes nés
Ici et nulle part

La mer agenouillée
A gardé nos mémoires
Et nous allons barbares
À l’assaut de l’été


Sylvie Méheut 

Extrait du recueil Le cercle de l'aurore, Monde en poésie éditions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article